Oenologue ou sommelier, qui est qui ? Qui fait quoi ? Les différences.

Une même passion du vin pour des métiers bien différents. Cela peut parfois être obscur pour un non-initié.

Par exemple, vous êtes-vous déjà demandé quelle était la différence entre un sommelier et un œnologue ?

Le sommelier 

Le sommelier est celui dont vous aurez le plus de chances de croiser la route si vous n’évoluez pas dans le milieu du vin.

C’est lui le spécialiste du vin, celui qui saura vous guider dans votre choix au restaurant. Il connaît tous les vins qui composent la cave du restaurant et en gère les stocks et les approvisionnements.

Souvent issus d’une formation hôtelière, nombreux sont ceux qui deviennent sommelier par passion du vin. Ils goûtent chaque année des centaines de vins différents et développent un savoir important sur les appellations, les cépages et tous les types de vins en général. 

Les grands sommeliers des restaurants étoilés doivent parfaitement maîtriser l’art du service du vin : température, aération, carafage, conservation du vin, etc… 

Mais le plus bluffant reste tout de même leur capacité à analyser d’un coup d’oeil un client et à lui proposer le vin qui conviendra à ses attentes, avec des accords mets et vins personnalisés.

Chaque année de nombreux concours sont organisés à travers le monde et des centaines de sommeliers se confrontent à travers différentes épreuves de culture générale du vin, de service, et de dégustation à l’aveugle. A titre d’exemple, le prix du Meilleur(e) Ouvrier/Ouvrière de France et du Meilleur(e) Sommelier/Sommelière de France ont été remportés pour la première fois cette année par une seule et même femme : Pascaline Lepeltier.



L'oenologue

L’oenologue, pour sa part, est beaucoup moins connu du grand public. C’est lui le technicien, l’expert scientifique, celui qui analyse et vérifie les moindres interactions chimiques pendant tout le processus de vinification. On entend beaucoup moins souvent parler de lui car il n’est que très rarement en contact avec les consommateurs finaux. 

Il peut être salarié d’un domaine viticole particulier ou être à son compte et se déplacer de domaine en domaine afin d’accompagner les vignerons lors de l’étape de vinification des vins. Il donne de précieux conseils aux vignerons en fonction du style de vin qu’ils souhaitent produire, mais également sur leur matériel, leur budget et leurs moyens humains.

L’un des oenologues français les plus réputés se nomme Michel Rolland. Il a accompagné et conseillé de nombreux domaines prestigieux dans la région de Bordeaux notamment. En expliquant à ces domaines comment produire des vins avec une buvabilité plus immédiate, il a permis à ces grands crus bordelais d’être mieux notés par le grand dégustateur et critique oenologique américain, Robert Parker.



Comment devient-on sommelier ?

Pour devenir sommelier, beaucoup de jeunes démarrent leur formation par un lycée hôtelier (CAP, BTN, BAC Pro ou encore BTS) puis se spécialisent dans le service du vin grâce à une « Mention Sommellerie » accessible dans certains de ces lycées hôteliers. Ces formations sont gratuites contrairement à de nombreuses autres formations qui ne font pas partie du parcours classique.

Pour les personnes souhaitant se reconvertir en tant que sommelier ou caviste, de nombreuses formations permettent d’acquérir le savoir nécessaire à travers des parcours allant d’une dizaine d’heures à une année complète à plein temps ou en alternance.

La pratique du service et de la dégustation, la visite de vignobles et de caves à vins, et la rencontre de vignerons/vigneronnes sont ensuite les maîtres mots afin d’acquérir toujours plus de savoir et d’expérience.


Comment devient-on oenologue ?

Nous traitons ici du parcours « classique » français pour devenir oenologue. 

Il existe une formation diplômante officielle reconnue par l’État, le Diplôme National d’Oenologue (DNO). Le DNO (BAC +5) est une formation de 2 ans accessible dans plusieurs Universités françaises à partir d’un BAC +3 dans le domaine des sciences biologiques, chimiques ou agronomiques. Il est souvent couplé à un diplôme d’Ingénieur Agronome, option Viticulture-Oenologie, ou bien à un Master Viticulture, Oenologie, Économie ou Gestion  Viti-Vinicole.

Cependant, il existe d’autres formations qui permettent d’accéder à des métiers autour de la production du vin, qui ne nécessitent pas l’obtention du DNO.

Pour les plus intéressés, nous vous invitons à lire l’article proposé par La Revue du Vin de France qui rassemble toutes les informations concernant les métiers dans le monde du vin.


Et vous, vous seriez plutôt sommelier ou oenologue ?


  • Partager ce contenu

Suivez-nous sur
@vinmaske